Instants choisis

Dans cette rubrique apparaitront régulièrement quelques images de moments passés dans la nature.

2011/2012 la Traque à la loutre!!!

Ca y'est, depuis le temps que je voulais le prendre , le temps... j'ai pris la décision de passer du temps à essayer de capter cette insaisissable.

Elle n'est pourtant pas bien loin... elle vit là, juste en bas de chez moi, dans la rivière. Mais on va tellement souvent chercher ailleurs ce qui est là, juste à côté de nous...

Depuis des années je vois les traces qu'elle me laisse pour indiquer sa présence, et cet hiver, j'ai décidé de répondre à ses appels!!!

J'ai d'abord illusoirement essayé de déterminer des horaires de passage avec des pièges photo... pas mal de clichés, mais pour ce qui est des horaires... le propre de cet animal c'est bien celui de n'avoir aucune habitude!!!

Elle passe devant mes pièges aussi bien en pleine apres midi, qu'au beau milieu de la nuit... et même d'un jour sur l'autre... les horaires sont totalement différent...

Impossible donc de rester là, en place, nuit et jour, 24h/24... un subterfuge va me permettre de l'être en quelques sortes... une caméra infra rouge restera en place la nuit, et enregistrera en continu ce qui se passe. Celle ci m'a permis de ramener mes 1ere images de la loutre d'en bas de chez moi.

Une annecdote: Alors que j'ai passé 3 jours à l'affut sur un autre site où une loutre semble plutot familiere, Je n'ai rien vu! en rentrant, le soir assez tard, comme à chaque fois, je m'arrête face à la riviere pour observer dans la lueur de mes phares si rien ne bouge et pour la 1ere fois depuis 7ans... elle est là! juste devant moi!!!

A quoi bon chercher ailleurs....

Eté 2010 sur l'ile de Mann:  Bienvenu chez les phoques

Juillet, cette année encore, j'ai la chance de passer quelques jours sur l'Ile de Mann, coincée en pleine mer d'Irlande entre L'écosse et l'Irlande.

Domaine du requin pèlerin, cette ile est aussi la demeure d'une grosse colonie de phoques.

Mercredi, le temps n'est pas tres bon pour les requins, je pars donc avec Thom pour aller voir les phoques.

1ere impression: une fois le caillou contourné, nous basculons dans un autre monde. Nous ne sommes plus en terre humaine, des yeux nous fixent de partout, certains dans l eau, d autre étallés de toute leur masse sur les rochers. Je crois y lire un air interrogateur (peut etre un peu présomptueux de penser pouvoir lire une expression dans l'oeil d'un animal...)

J'ai eu ce sentiment d etre un extraterrestre arrivant sur une nouvelle planete...

Mise à l'eau, un moment d'attente, puis une gros male vient me faire une démonstration de quelquechose que je considère comme une sorte de communication. A quelques metres de moi, il se met sur le dos, en parfaite flotabilité et, se contorsionnannt de tout son long, sort quelques sons guturaux accompagnés de quelques bulles. La tranquilité de ses mouvements me fait penser qu'il se sent plutot à l'aise à mes coté.

 

Une fois le message passé, celui ci disparait et laisse place à 2 jeunes bien décidés à jouer les intrépides!

D'abord un peu timides, ceux ci restent à une distance raisonnable, se calent dans les laminaires, observent, font de courts somes, puis se décident à approcher... la curiosité est la plus forte...

Très intéressés par mes palmes, ils viennent délicatement les mordiller.

Et approchent leurs moustaches de ma camera, comme pour "sentir" cet objet étrange...

 

Remontée difficile, dur de laisser cette agreable compagnie, surtout quand ceux ci tachent de vous faire comprendre qu'ils veulent encore jouer...

 

Retour au monde des humains... sentiment étrange...

 

Printemps 2010 dans le Morvan: La saison des renardeaux

Juin, le printemps aura prit le temps, mais le voici, à grand renfort d'exubérance végétale, de crissements d'insectes, de chants d'oiseaux, de myriades de fleurs de chaleurs douce...

C'est aussi la prériode choisie par les renardeaux pour faire leurs premiers pas dehors, tous ces sons qui appellent au fond du terrier ont eu raison d eleur patience, la curiosité est devenue plus forte que la méfiance.

Les voici en quête d'un nouveau monde, tout devient étrange, tout deviens jeu, du 1er caillou découvert, ou 1er brin d'herbe, tiens, une fleur...

L'innocence et les jeux des renardeaux  est vraiment un des spectacles de la nature qui sonne le mieux l'installation du printemps.

Début d'hiver 2009:  Bécasseaux en folie

Je me souviens, la mer, j'étais gamin... les vagues... descendre au plus bas et ne pas se faire rattraper... courir devant cette écume conquérante... surtout ne pas se faire prendre...
Moi j'y étais l'été... je ne t'ai jamais croisé... on aurait pourtant pu faire la course, mais au jeu de celui qui reste au plus près de la vague... tu aurais certainement gagné.
Petite boule venu du grand nord, tes petites ailes t'ont poussées durant 12 000 longs kilomètres pour revenir chez nous. Le froid devenait trop piquant, rester t'aurait été fatale.
Aujourd'hui je souris à te voir courir ainsi, à te voir brûler toute cette énergie qui t'est pourtant si précieuse.
Parfois, j'en viens à me demander combien tu as de pattes !
Mais que fais tu là ? pourquoi courir ? Est ce juste une provocation à l'océan que tu réitères sans cesse ?
Non, tu n'es pas là pour rien et tu n'es pas en train de jouer, la nature ne t'offre pas ce luxe.
Ici est un monde que nous ne connaissons pas, ce monde ou chaque grain de sable prend une taille démesurée.

Pauvres humains rattachés à notre principal sens qu'est la vue, nous n'y percevons rien... De ton bec sensible, toi, tu y repères multitude de petits crustacés qui te donnent toute cette énergie.
Tu pioches, ici et là, dans une danse endiablée, comme si l'instant était précieux, comme si le temps t'était compté.
Avec toute cette agitation, il te faut bien dormir, ce repos nous paraît bien léger, mais il te faut rester sur le qui vive.


Aujourd'hui petit oiseau des sables, tu restes pour moi le symbole de l'hiver sur notre littoral.

Tes premières bandes que je vois voler à l'automne m'incitent à sortir jumelles, gants et bonnets.


Pour moi, si une hirondelle fait le printemps, toi tu fais l'hiver !

Mercredi 14 octobre 2009: 8h18

Ce matin la campagne était couverte de brume, dans la petite prairie où je me concentre en ce moment, j'ai d'abord surpris 2 chevreuils... pour être plus précis, j'ai été surpris par 2 chevreuils... qui ne m'ont pas laissé le temps de dégainer mon apareil.

En repartant, le long du talus, j'ai entendu un "aboiement" qui venait du champ de choux au dessus, je me suis accroupis au bord de la haie et j'ai enfin appreçu sa silhoutter qui dépassait de peu des choux.

Il ne m'a pas repéré, il se dirige vers moi et fini par entendre les clics répétés de mon appareil. J'aime quand un animal te fixe avec ce regard supérieur et interrogateur. Comme si quelquepart il te disait, "mais quest ce que tu fais là toi???"

 

De jolies lumieres d'aube automnale embrumée....

Mardi 13 octobre 2009, 8h12:

Ce matin levé avant l'aube, direction la campagne!
Petite gelée blanche, il fait pas si froid que ça...
Ce matin je vais pour voir le Renard... c'est le chevreuil qui s'est montré!!!

Rencontre surprise, après une demi heure de planque, je me relève, pour marcher... au coin de la haie, à 3m de moi une forme... Nez à nez! tous les 2 aussi surpris l'un que l'autre...
Il part, mais sans détaler... il se poste à une trentaine de mètre dans les herbes, puis se met à m'observer. Tranquillement il sort des herbes, vers le champ, s'arrête encore à m'observer, puis, après 2 bonnes minutes d'observation mutuelle, comme si il avait enfin compris ce que j'étais, il détale en "aboyant" et disparait dans le bois en contrebas...

Lundi 12 octobre 2009, 19h28:

Ce soir le soleil a brillé jusqu'à la fin, un léger frisson balayait la campagne. J'allais pour voir le chevreuil, c'est renard qui s'est montré...

Vendredi 25 septembre 2009, 3h34:

Dans la rivière en bas de chez moi vit une loutre. Fidèle à sa renomée de furtive, celle ci ne se montre que rarement au grand jour et est douée d'une méfiance qui rend son observation très difficile...
J'ai repéré depuis 3ans le passage régulier de cette loutre à 50m de chez moi, par les "épreintes" qu'elle laisse sur les cailloux émmergeants de la rivière.
J'ai donc décidé de la "pièger"!!!
non pas avec un piège à machoire, mais avec une barrière infra rouge et un appareil photo.

Vous savez, dans les supermarché quand vous arrivez et que la porte s'ouvre toute seule... bah là c'est pareil sauf que le client, c'est la loutre et la porte, un appareil photo.
Voici donc prèt de 2ans que je repère ses périodes de présence, que je pose régulièrement mon système, et rien, rien, rien!!! toujours plus maline que moi la bougresse!
Jusqu'à il y a quelques jours....
La bête est venue s'auto tirer le portrait à 3h34 par une belle nuit d'automne...
Imaginer mon sourire au petit matin quand je suis allé récupérer mon système et qu'enfin j'avais été le plus malin.... :-)

( la photo n'est pas très belle, mais la récompense est énorme!!!)